Série: Le pont Alexandre III

Le pont Alexandre III est le seul pont monumental de Paris. Il est à la fois l’effort le plus puissant de la Science dans ses plus récents progrès et un chef-d’œuvre d’art allégorique. Pour la partie technique, il est dû à la collaboration des ingénieurs Résal et Alby, qui avaient déjà construit le pont Mirabeau, à Auteuil. Tout en s’élevant au-dessus de l’eau à la hauteur nécessaire pour permettre le passage des bateaux, le tablier du pont Alexandre III a dû être établi de niveau avec le sol de l’esplanade et des Champs-Élysées, ce qui constituait pour les ingénieurs une très grande difficulté technique. Ils n’ont pu la résoudre que grâce aux progrès récents de la métallurgie, et à la souplesse des aciers dont les constructeurs disposent depuis quelques années. […] La partie architecturale et monumentale a été confiée à MM. Cassieu-Bernard et Gaston Cousin. L’inspiration dominante est celle de l’Alliance et des idées de Paix et de Gloire qu’elle évoqua. L’élément monumental le plus important est constitué par quatre pylônes. Les sujets dorés qui les couronnent encadrent la perspective, des Champs-Élysées au dôme doré des Invalides. […] À mesure qu’on s’avance sur ce pont, la surprise, l’étonnement, l’enchantement deviennent plus grands. On dirait une nouvelle ville qui a surgi tout à coup, une ville de rêve aux façades étranges, une ville inconnue et fantastique, bâtie par la baguette des fées, par des géants et des gnomes, en une nuit, sur les bords d’un fleuve qui n’est plus la Seine, mais le rivage d’une mer féerique et enchantée, dans un continent nouveau. » (Paris Exposition 1900, Librairie Hachette et Cie, Paris, 1900, p. 205-207).

(1159) Vue générale du pont Alexandre III

La foule éparse des visiteurs déambule le long de l’esplanade des Invalides.